OUGANDA : DES DÉPUTÉS REFUSENT ET RENDENT L’ARGENT DE LA CORRUPTION EN PLEIN PARLEMENT.

 

Ce mercredi 25 Octobre, les députés ougandais ont posé un geste historique. Six députés se sont présentés au Parlement avec des sacs pleins de billets pour dénoncer l’octroi à chaque élu d’une rondelette somme de 7 000 euros pour « frais de fonctionnement », destinée officiellement à mener des « consultations » dans leurs circonscriptions.

Par Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pendant que le débat sur la réforme de la Constitution destinée à supprimer l’âge limite (75 ans) des candidats à la présidentielle bat son plein, les députés ont pris leur responsabilité. Pour eux, cette réforme, taillée sur mesure pour le chef de l’Etat – âgé de 73 ans, il serait disqualifié pour l’élection de 2021 si la Constitution restait en l’état –, n’est pas assurée.

A lire...OUGANDA : LE PEUPLE CONTESTE UNE CANDIDATURE POUR LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A PLUS 75 ANS.

Les députés du Mouvement national de résistance (NRM, au pouvoir) ne se bousculent pas pour la défendre, et certains d’entre eux ont même clairement pris position contre et ont rejoint les rangs de l’opposition. Le gouvernement a besoin de 290 députés physiquement présents (les deux tiers du Parlement) pour adopter le projet de loi.

 La porte-parole du groupe NRM, Margaret Muhanga, a affirmé au quotidien The Observer avoir reçu l’assurance de 320 députés, mais dénonce les parlementaires de l’opposition qui auraient « reçu de l’argent des ONG pour désorganiser [son] camp ».

A lire...OUGANDA : LA MINISTRE DE LA SANTE SE DEGUISE EN PATIENTE ET DEMASQUE LES MEDECINS CORROMPUS.

Une accusation de partialité qui a déjà valu à plusieurs organisations, comme ActionAid et l’Institut d’études stratégiques des Grands Lacs (Gliss), de voir leurs bureaux perquisitionnés et leurs comptes récemment gelés.