LIBERIA: LA PREMIERE FEMME PRESIDENTE D'UN PAYS D'AFRIQUE CÈDE SA PLACE, GEORGES WEAH ANCIEN FOOTBALLEUR FAVORI.

 

 La présidentielle libérienne a eu lieu ce mardi 10 octobre. Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue au suffrage universel en Afrique, vient de céder sa place. Georges Weah ancien footballeur en course pour être le prochain président.

Par Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Elle a changé le visage du Liberia. Elle a mis un terme à la guerre civile, a commencé la reconstruction du pays, a su se servir de ses appuis extérieurs, tels Hillary Clinton. Couronnement, en 2011, Ellen Johnson Sirleaf reçoit le prix Nobel de la paix.

Les Libériens attendent les premiers résultats de l’élection présidentielle qui s’est tenue dans le calme, mardi 10 octobre, et qui doit désigner le successeur pour six ans d’Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue chef d’Etat en Afrique et Prix Nobel de la paix 2011.

 La Commission électorale nationale (NEC) doit annoncer mercredi après-midi les premiers résultats du scrutin, qui conclut un processus historique de transfert démocratique des pouvoirs après les deux mandats remportés par Mme Sirleaf depuis 2005. Parmi les favoris, sur une vingtaine de candidats, figure le sénateur George Weah, légende du football africain, battu par Mme Sirleaf au second tour en 2005, puis comme candidat à la vice-présidence en 2011. En lice également, le vice-président Joseph Boakai, l’avocat et vétéran de la politique Charles Brumskine et les puissants hommes d’affaires Benoni Urey et Alexander Cummings.

 Dans la plus ancienne république d’Afrique subsaharienne, fondée en 1822 sous l’impulsion des États-Unis pour des esclaves noirs affranchis, le nouveau président sera le premier en soixante-dix ans à succéder à un autre dirigeant issu des urnes. Plus de 2 millions d’électeurs de ce petit pays anglophone d’Afrique de l’Ouest étaient appelés aux urnes pour désigner le chef de l’Etat et renouveler les 73 sièges de la Chambre des représentants.

A lire...AFRIQUE DE L’OUEST –SCANDALE : SOUS LA PRESSION DES LOBBIES OCCIDENTAUX LA CEDEAO VA LIMITER LES NAISSANCES PAR FEMME.

Le président de la Commission électorale, Jerome Korkoya, a qualifié mardi la participation de « très forte », sans donner de chiffres. En 2011, au premier tour de la précédente élection présidentielle, le taux de participation avait atteint 71,6 %. Dès le début de la matinée, de longues files s’étaient formées devant les bureaux de vote de ce pays très pauvre, où la campagne a été animée mais exempte d’incidents graves.

L’Union européenne, l’Union africaine, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et les États-Unis ont déployé de nombreux observateurs électoraux.

A lire...URGENT!!! LA CEDEAO VEUT TUER LES AFRICAINS RESIDANTS EN GAMBIE.