ONU : ROBERT MUGABE AFFRONTE BRUTALEMENT DONALD TRUMP EN LE TRAITANT DE GOLIATH

 

Au cours de sa prise de parole à la 72 ème assemblée des Nations Unies, le président zimbabwéen a donné quelques leçons "d'unité, de paix et de coopération" à son homologue américain. Le traitant de Goliath qui menace d’extinction d’autres pays. Pour MUGABE, le message était clair, il faut cesser de vouloir mettre à mal la paix dans le monde:

 Christ pharel

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Avec franc-parler et humour, Robert Mugabe a lancé quelques piques à Donald Trump lors de la 72e assemblée des Nations unies. « Certains d’entre nous étaient embarrassés, sinon effrayés par ce qui semblait être le retour du géant biblique Goliath. Sommes-nous en présence du retour d’un Goliath qui menace d’extinction d’autres pays ? » a-t-il déclaré, en référence au discours du président américain dans lequel il avait menacé de détruire totalement la Corée du nord. Dans son message d’une vingtaine de minutes, Robert Mugabe a aussi fustigé la décision de Donald Trump de se retirer de l’accord de Paris sur le climat.

Il lui a aussi formulé quelques « recommandations ». « (…)Puis-je dire au président des États-Unis, monsieur Donald Trump : quand vous soufflez dans votre trompette, soufflez d’une manière musicale pour la marche vers les valeurs de l’unité, de la paix, de la coopération, de l’union, du dialogue que nous avons toujours défendu et qui sont bien écrits dans notre très document sacré, la charte des Nations unies ? Sur ces valeurs, chaque nation peut construire sa grandeur, y compris les États-unis. »

"Certains d'entre nous étaient… embarrassés, sinon effrayés, par ce qui semblait être le retour du géant biblique Goliath. Avons-nous un retour de Goliath au milieu de nous, qui menace l'extinction d'autres pays? Et puis-je dire au président des États-Unis, monsieur Trump, souffler votre trompette de manière musicale pour la marche vers les valeurs de l'unité, de paix, de dialogue, que nous avons toujours défendues et qui sont bien écrites dans notre très sacré document, la Charte des Nations Unies " a déclaré Robert Mugabe à l'attention du président américain.

Donald Trump avait lors d’un discours menacé de détruire totalement la Corée du nord. Son homologue français avait lui appelé au dialogue. Alpha Condé avait de son côté signifié le ras-le-bol de la communauté africaine face à la représentativité du continent au sein de l’instance internationale. Le président nigérian Muhammadu Buhari avait pour sa part dénoncé le massacre des Rohingyas.