GUINÉE - DIPLOMATIE : LE PRÉSIDENT ALPHA CONDÉ SE PROPOSE D'ÊTRE MÉDIATEUR ENTRE L'ARABIE SAOUDITE ET LE QATAR.

0
0
0
s2smodern

 

Décidément le ridicule ne tue plus chez certains de nos leaders africains. Et l’on a parfois l’impression que certains d'entre eux font tout ce qui est en leur pouvoir pour se ridiculiser sur la scène internationale.

Par Dalvarice Ngoudjou Journaliste / Géostratége

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Comment comprendre qu’au regard de dizaines de crises qui divisent notre continent, le président guinéen, et par ailleurs président en exercice de l’Union Africaine, Alpha Condé se veut être médiateur dans une crise qui se déroule à mil lieux de son pays et qui ne le concerne ni d’Adam, ni d’Ève.

A lire...GUINEE EQUATORIALE : LE PRESIDENT OBIANG NGUEMA PRIMÉ POUR SON ŒUVRE POUR LA PAIX EN AFRIQUE

En effet, dans une lettre adressée ce dimanche 11 juin 2017, au roi saoudien, Alpha Condé se dit plus que disposé à œuvrer sans relâche et à peser de tout son poids pour trouver une solution pacifique dans la crise qui oppose les deux monarchies riches et puissantes du Golfe à savoir l’Arabie Saoudite et le Qatar. Pourtant dans cette crise tant diplomatico-économique que sécuritaire qui oppose ces deux monarchies dont le premier (Arabie saoudite) accuse le second (Qatar) de financer les mouvements terroristes. C’est un secret de polichinelle, que ce sont des amis d’hier dont les accointances avec les mouvements terroristes ne sont plus à démontrer. Pire encore, le plus dangereux mouvement terroriste qui décime l’Afrique depuis des années à savoir Boko Haram a l’année dernière prêté allégeance au mouvement terroriste État Islamique(Daech) et prit le nom d’État Islamique en Afrique de l'ouest. Et une bonne partie des financiers de ce mouvement qui décime et sème la terreur en Afrique se trouve entre ses deux nations. Dans son courrier, le président condé, par ailleurs président de la Guinée et président en exercice de l’Union Africaine, qualifie la rupture des relations diplomatiques entre Riyad et Doha de crise inopportune, comme si les crises qui secouent l’Afrique sont des crises opportunes.

On a comme l’impression de voir une jeune antilope se croyant assez gentille pour aller séparer la bagarre de deux lions affamés. Excellence, Monsieur le président occupez vous de vos affaires s’il vous plait.