GHANA : UNE PARTIE DU PEUPLE RÉCLAME SON INDÉPENDANCE

 

 

Après leur hymne entendu dans le western Togoland state, s’en est suivi le discours du leader Kudzordjie à l’endroit du peuple annonçant l’indépendance du Togoland. Appelant le peuple à se mobiliser pour l’indépendance tant voulue. L’affaire est portée devant les juridictions, et un procès est prévu ce 12 mai a appris www.afrik-inform.com.

Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ces indépendantistes du Togoland réunis au sein du groupe Homeland Study Group Foundation (HSGF), réclament leur indépendance vis-à-vis du Ghana. Une demande considérée par le gouvernement comme une trahison.

D’après certaines indiscrétions durant la période coloniale, peu avant l’indépendance du Ghana, les leaders du Togoland de cette époque et ceux de l’actuel Ghana ont passé un accord, qui avait permis lors d’un référendum, que le Togoland soit rattaché au Ghana.

A lire...GHANA, LE PRÉSIDENT NANA AKUFO-ADDO REFUSE CATÉGORIQUEMENT L’AIDE DU FMI

Mais le leader des indépendantistes accuse les gouvernements successifs du Ghana de n’avoir jamais respecté les clauses.

Pour mémoire, le Togoland est un ancien protectorat allemand qui a existé entre 1884 et 1914. Après la défaite de l’Allemagne lors de la Grande Guerre, le Togoland a été divisé entre la France et la Grande-Bretagne sous le mandat de la Société Des Nations. En 1956, Le Togoland français devient indépendant. Quant à la partie britannique, elle est rattachée au Gold Coast (actuel Ghana) après un référendum. C’est dans cette partie ghanéenne que des groupes de nostalgiques réclamant un retour du Togoland ont vu le jour. Ils rejettent le référendum de 1956 et pensent que l’union du Togoland au Ghana n’est toujours pas effective.

Les mouvements sécessionnistes du Togoland existent depuis. Ils sont nés et se sont accrus du sentiment d’abandon des populations de l’est du Ghana vis-à-vis des autres parties du pays. Puis les indépendantistes se sont structurés et ont formé le « Homeland Study Group Foundation ». C’est l’entité qui réunit tous les partisans du Togoland. Ils n’avaient pas fait de vagues jusqu’à l’an dernier, où ils ont ouvertement réclamé l’autonomie du Togoland. Depuis, le mouvement mène une campagne pour que la région de la Volta, au sud-est, et certaines parties de la région du nord et de l'est du Ghana se joignent pour former le nouvel Etat.

A lire...GHANA : LE PRESIDENT CONSTRUIT UN MUSÉE PRESIDENTIEL POUR CELEBRER SES PREDECESSEURS

Il y a un an, au moment des élections générales, les autonomistes ont appelé les Ghanéens de l’est à s’abstenir de voter. George Korku Avotri, le secrétaire général de l'Assemblée locale des indépendantistes à Ho, a déclaré que les activités électorales sur le territoire du Togoland sont illégales et enfreignent certains traités internationaux de l'ONU. Cette nouvelle forme de propagande, plus directe, a provoqué la colère des autorités.

 
 
0
0
0
s2sdefault