NIGERIA - TERRORISME: BUHARI ANNONCE LA DESTRUCTION TOTALE DU QUARTIER GÉNÉRAL DE BOKO HARAM A SAMBISSA.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a déclaré ce samedi 24 Décembre  que l'armée Nigériane avait "écrasé" Boko Haram dans la forêt de Sambisa, l'un des derniers bastions du groupe islamiste dans le nord-est du pays et qui faisait office de quartier général. 
 
Par Habib Hassan
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
On sentait venir cette operation  baptisée "final assault" par la force multinationale mixte (Cameroun, Nigéria,  Tchad, Niger) qui combat et traque les terroristes de Boko Haram installés dans le Nord du Nigéria,  aux confins des frontières avec le Cameroun, le Tchad et le Niger. Ces  armées mènent depuis plusieurs mois des opérations dans cette zone et l'armée nigériane ratisse cette forêt de quelque 1.300 km2, située dans l'Etat du Borno, où des combattants du groupe ont trouvé refuge après des revers militaires.
 
"Je suis ravi et très fier des braves soldats de l'armée nigériane, après avoir appris la nouvelle tant attendue et gratifiante de l'écrasement final des terroristes de Boko Haram dans leur dernière enclave dans la forêt de Sambisa", a affirmé M. Buhari dans un communiqué relayé par l'AFP.
 
Le chef de l'Etat nigérian a salué "la détermination" des troupes nigérianes "qui ont finalement pénétré et écrasé ce qu'il restait des insurgés de Boko Haram au "Camp Zéro", situé au cœur de la forêt de Sambisa".
 
"Le chef d'état-major de l'armée m'a appris que le camp était tombé vers 13h35 le vendredi 22 décembre et que les terroristes étaient en fuite, n'ayant nulle part où aller", a dit le président, exhortant les soldats à "les poursuivre" et à "les traduire devant la justice". Mercredi, l'armée avait affirmé avoir libéré 1.880 civils des mains de Boko Haram et capturé plus de 500 combattants au cours de la semaine écoulée dans la forêt de Sambisa.
 
Secte salafiste extrémiste à l'origine, Boko Haram s'est mué en mouvement jihadiste à la mort de son fondateur Mohammed Yusuf, en 2009. Les violences du mouvement et leur répression ont fait plus de 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés dans le nord-est du Nigeria. 
 
Cependant,  si le quartier général de Boko Haram a été détruit,  sa nuisance est toujours aussi élevée,  comme en témoignent ces exactions commises par des cellules indépendantes et disséminées dans la zone. Un attentat meurtrier a par exemple été commis ce Dimanche 25 Décembre, jour de la fête de Noël,  à Mora au Caeroun. C’est autour de 7 heures ce jour consacré à la célébration de la nativité au sein de la communauté chrétienne qu’un kamikaze a enclenché sa ceinture d’explosifs au lieu-dit «Ancien élevage». Le bilan, encore provisoire et non officiel de cette autre offensive des membres présumés de Boko Haram fait état de trois morts (le kamikaze et deux civils) et plusieurs blessés. On le voit donc, Boko Haram peut encore frapper malgré la mise en déroute de ses soldats.