DIPLOMATIE SENEGAL-FRANCE : LE PRÉSIDENT MACKY ACCUEILLI AU RABAIS COURROUCE LES AFRICAINS

En visite d'état en France depuis ce Dimanche 18 Décembre, le président sénégalais Macky Sall s’est fait accueillir à sa descente d’avion par Annick Girardin, la ministre de la Fonction Publique, quinzième dans l’ordre protocolaire du gouvernement français. Suffisant pour provoquer le courroux des sénégalais et même des observateurs africains.

Habib Hassan

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

« Il a fait beaucoup de bruit pour sa fameuse visite d’état, mais pour se faire recevoir par qui ? » Cette réaction lue sur un compte twitter d’un sénégalais démontre à suffisance le malaise que l’accueil de Macky Sall à sa descente d’avion a causé. Un président africain, reçu en visite d’état en France ne mériterait pas ce genre d’accueil. Qui plus est, le président sénégalais, Macky Sall qui n’est pas ce que les occidentaux appelleraient un dictateur a des arguments à leur opposer. Il a été élu lors d’un scrutin régulier consacrant une alternance au pouvoir de manière non violente. Il ne peut donc pas se faire indexer comme un de ces dirigeants africains qui spolient leur peuple en enrichissant uniquement leur entourage. Un modèle en somme. Pourtant, selon la présidence française, «la visite d’État est, dans le protocole français, le degré le plus élevé des visites à l’étranger, devant le voyage officiel, le voyage de travail et le voyage privé. La visite d’État est fixée par un protocole et un décorum plus importants: après l’accueil à l’aéroport, le chef d’État étranger est transporté en hélicoptère jusqu’à l’esplanade des Invalides avec un passage autour de la tour Eiffel, puis il se rend au palais de l’Élysée accompagné par un détachement de la Garde républicaine, à cheval ou à moto. L’avenue des Champs-Élysées est pavoisée aux couleurs nationales du pays honoré…» Certains de nos confrères sénégalais enfoncent le clou : « Puisque la visite d’Etat est le degré le plus élevé, Macky Sall ne devrait-il pas être accueilli par la personnalité la plus élevée de France, en l’occurrence François Hollande? Mais non ! C’est un président d’un pays pauvre d’Afrique qui, en plus est une ancienne colonie »… Certains autres estiment que bien que maquillée en « victoire », cette visite aurait dû être écourtée dès l’aéroport, une fois l’impair protocolaire constaté par le président Sall. Mais tout le monde n’est pas Thomas Sankara. De l’avis de certains observateurs, c’est le caractère hautain et suffisant de François Hollande qui expliquerait cette attitude. Refusant d’aller accueillir un chef d’état « ami » un dimanche, (il ne peut donc pas prétexter d’un agenda chargé) celui qui va accueillir des anciens otages et certains des présidents conviés à des sommets internationaux tenus en terre française aura une fois de plus brillé par son absence à la descente d’avion de son homologue sénégalais. Comme ce fut le cas avec Paul Biya du Cameroun et Christian Kaboré du Burkina, reçus avec condescendance par les ambassadeurs de France dans leurs pays. Une chose est sûre, les africains réclament un principe de réciprocité dans leur diplomatie, et il ne reste plus qu’à attendre si les présidents africains appliqueront cette volonté, en disparaissant des aéroports lors des visites des chefs d’états surtout français en terres africaines.