NIGERIA – POLITIQUE : CRITIQUÉ DEVANT LA PRESSE PAR SA FEMME POUR SA GESTION, LE PRESIDENT BUHARI LA « RENVOIE » A LA CUISINE ET LA CHAMBRE

Le président du Nigéria Muhammadu Buhari, en répondant aux récentes critiques de son épouse sur son gouvernement n’y est pas allé de main morte. Il a précisé que la place de la première dame était …"à la cuisine et dans la chambre".
Par Habib Hassan
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
Alors qu’il se trouve à Berlin ce Vendredi 14 Octobre auprès de son homologue la chancelière Angela Merkel, et en réponse à une question sur une récente interview de son épouse Aisha Buhari à la BBC et dans laquelle elle menace de ne pas soutenir sa réélection en 2019, le président Buhari a lancé que "la place de la première dame est à la cuisine, dans le salon et l'autre chambre". Mais le président Buhari ne s’est pas arrêté là. Devant des journalistes médusés, il a tenu à dire à son épouse qu’il s’y connait mieux en politique qu’elle, assénant que « J'espère que ma femme se souvient que j'ai été candidat trois fois à la présidence, et c'est à la quatrième tentative  que j'ai réussi (...) je revendique des connaissances supérieures aux siennes et à celles du reste de l'opposition car j'ai gagné" a-t-il dit en substance.
 
Pour comprendre ce déferlement de gentillesses conjugales par médias interposés, il faut se plonger dans l’entretien que Mme Buhari a accordé à la BBC et pendant lequel elle avait laissé entendre que de « hauts responsables nommés par son mari n'avaient pas de mission, de vision » de ce qu'il faut faire pour le Nigeria. Elle a aussi sous-entendu que son président de mari est sous influence d'un petit groupe de personnes n'agissant pas dans l'intérêt du pays et que si cette façon de gouverner ne prenait pas fin, elle « ne ferait pas partie d'un quelconque mouvement pour la réélection de son mari ». 
Muhammadu Buhari, est depuis quelques mois critiqué pour sa politique économique, le pays ayant plongé dans la récession fin août.