Cameroun: Communication gouvernementale

 

Issa Tchiroma sur tous les fronts

Que l’on l’aime ou pas, une bonne franche de l’opinion nationale et internationale s’accorde à reconnaître en l’actuel ministre de la Communication, un véritable et intrépide porte-parole du gouvernement.                                                           

                                                                        Par Patrick Clément Oyieh

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Autant le souligner d’entrée, aux yeux de nombreux observateurs, jamais le ministère de la Communication n’a été aussi actif et proactif en communication. Presque ou toutes les crises, les sujets d’actualité du pays, même des plus brulants et sensibles, connaissent une sortie médiatique d’Issa Tchiroma Bakary. Il ne recule devant rien. L’actuel ministre de la Communication se livre volontiers, au jeu des questions-réponses sur les antennes de la télévision nationale, dans le cadre de la Communication gouvernementale. Un concept quasi rénové et permanent depuis son arrivée à la tête de ce ministère.

 Même sur des chaînes de télévisons à capitaux publics, le Mincom ne boude pas son plaisir à répondre aux invitations, lorsque son calendrier lui en donne l’occasion. D’autres par contre, estiment que le président du Conseil d’administration de la Crtv «parle trop», alors qu’en réalité, le souci constant du Mincom est de mettre à la disposition de ses concitoyens la version officielle des faits. Au mieux, de lever tout malentendu et spéculation que pourrait engendrer et nourrir la rumeur sur des questions sensibles qui engagent la vie et l’avenir de la nation.

 Décisif, Issa Tchiroma Bakary a réussi le pari de tenir les états généraux de la communication en 2012, après plus d’une décennie d’attente. Bien que la mise en musique des résolutions desdits états généraux reste attendue, le Mincom aura au moins eu le mérite de réunir les professionnels de la plume et du micro autour d’une table pour débattre de l’avenir de leur métier.

Toujours dans le registre des actes forts du Mincom, l’on relève le projet de rénovation du plateau technique de la Crtv, la télévision nationale, ainsi que le basculement obligatoire du Cameroun à la télévision numérique terrestre (TNT) d’ici à 2015. D’ailleurs, dans le but de traduire en réalité les projets sus évoqués, une forte mission conduite par Issa Tchiroma Bakary est allée du 05 au 17 avril dernier en Chine, à la rencontre d’entreprises et experts chinois.

  Mais autant le dynamisme et le professionnalisme de l’actuel ministre de la Communication forcent de l’admiration, autant la régularité, l’intelligence et le tact avec lesquels Issa Tchiroma Bakary assume sa mission lui valent à juste titre la confiance du chef de l’Etat. Une confiance qui, malheureusement, ne lui fait pas uniquement des amis. A preuve, quelques détracteurs malveillants ne s’offusquent guère de taxer le porte-parole du gouvernement de «traître et opportuniste», pour peu que ce dernier ait librement décidé d’accompagner le chef de l’Etat dans l’exercice de ses fonctions.

Le Mincom en bref

Né vers 1946 à Garoua, Issa Tchiroma Bakary fait ses études primaires à l’Ecole Principale de Garoua, où il obtient le CEPE avant d’entrer au Centre d’Apprentissage du chemin de fer de la REGIFERCAM de Douala. Grâce à cette formation, il accède au Cours Supérieur Professionnel du deuxième Degré de Douala. Puis c’est le départ pour la France où il obtient le Baccalauréat C à Paris, au cours de l’année scolaire 1970 – 1971. De 1971 à 1974, il suit des études à l’Ecole Supérieure des Cadre de Chemin de Fer Français. Il en sort ingénieur. De 1974 à 1976, il est régulièrement inscrit à l’Institut Supérieur des Matériaux et de la Construction, où il obtient le diplôme d’ingénieur.

Nanti de ces diplômes, il rentre au Cameroun et débute sa carrière le 02 janvier 1977 aux ateliers de la REGIFERCAM à Bassa (Douala) où il occupe de nombreux postes de responsabilité. En 1984, il est nommé Chargé d’Etudes à la direction générale de la REGIFERCAM avec rang de Directeur. La même année, il est arrêté et incarcéré à la suite du putsch de 1984. En 1990, il recouvre la liberté et se lance en politique, notamment au sein de l’UNDP, parti dont il fut l’un des pionniers avec Samuel Eboua.

Le 1er mars 1992, il est élu député à l’Assemblée Nationale. Du 27 novembre 1992 au 19 septembre 1996, il occupe le portefeuille de Ministre des Transports. Issa Tchiroma Bakary a été par ailleurs Conseiller et Trésorier Général de la Section UNC de France. Depuis le 30 juin 2009, il est ministre de la Communication du Cameroun.