SENEGAL-APE : COMMENT ET POURQUOI LE SENEGAL VEUT- Il ENTRAINER D’AUTRES PAYS AFRICAINS DANS CE SUICIDE ECONOMIQUE ?

 Le président sénégalais Macky Sall après  avoir signé les Accords de Partenariat Economique avec l’Union Européenne fait feu de tout bois pour inciter ses homologues de la CEDEAO à suivre ses pas dans ces accords suicidaires. 

Dalvarice  Ngoudjou | Journaliste / Geostratege

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Les APE, tels qu’ils sont proposés par l’UE au pays de la CEDEAO sont totalement à  l’encontre  des  intérêts économiques et sociaux des pays africains. L’impact négatif et multidimensionnel sur nos économies ne fait aucun doute chez tout économiste sérieux et objectif. Ils convient de se poser un certains nombre de questions concernant le pionnier de ces accords en Afrique de l’Ouest : le Sénégal

Qu’est ce qui explique que le Président de la République du Sénégal, dont la mission est d’œuvrer pour l’intérêt collectif du Sénégal et par delà celui de la CEDEAO dont il est le président en exercice, non seulement accepte de signer ces accords suicidaires, mais essaie de rallier les pays de la CEDEAO réticents tels que le Nigéria ou la Gambie à sa cause? Quelles sont les logiques qui sous-tendent ce choix de défendre aussi ouvertement des intérêts  des européens au détriment des intérêts africains?

Son  Excellence aurait-il reçus une mission secrète de la part des occidentaux ? Ces questions doivent être débattues dans l’espace public par les économistes afin d’amener l’opinion à peser de tout son poids pour que le gouvernement sénégalais revienne sur sa décision. Il est très important d’éclairer l’opinion et surtout les députés sénégalais sur les enjeux de ces accords et les appeler à une prise de décision lucide, informée et conforme aux intérêts du Sénégal. Le Sénégal, tout comme le Cameroun a signé ces accords, mais il faut encore la ratification  pour entre en vigueur. Donc il demeure un espace de lutte : la mobilisation doit continuer.