AFRIQUE, HOMOSEXUALITE : UN STATUT HONTEUX ET DIFFICILE A ADMETTRE

L'attaque du 7 janvier 2015, des frères Kouachi contre la rédaction de Charlie Hebdo avait suscité un emoi collectif. Tout le monde etait charlie. Des chefs d’etats africains se sont meme offert en spectacle au cours d’un defilé . L'omission observée de la nature homophobe du massacre d'Orlando aux USA le 12 juin dernier par la presse, européenne et americaine cache mal le malaise qu’il y’a a reconnaitre son statut d’homsexuel. Les slogans à l’instar de «  je suis Orlando » etaient quasi inexistant. Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination" (Lv 18:22) et "Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux" (Lv 20:13).Indique l’ancien testament. Le Cameroun à la faveur de l’adoption d’un nouveau code penal vient de dire NON à l’homosexualité.

Guy Hervé Fongang       

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 Le malaise européen

Le 17 mai a été consacré << Journée Internationale de la lutte contre l'homophobie>>  l’Amérique, l’Europe et leurs alliés en profitent pour rappeler que l’homosexualité est un droit de l’homme aussi fondamental que son droit à la vie. L'attaque, le 7 janvier 2015, des frères Kouachi contre la rédaction de Charlie Hebdo  au delà des morts observés, etait une attaque à la liberté de la presse. A cela, on peut ajouter le bain de sang perpétré par Amedy Coulibaly à l'HyperCasher de la Porte de Vincennes qui ne visait pas non plus "des clients d'un supermarché". Le tueur était antisémite. l'opération menée à Orlando n’etait pas fortuite. Elle visait le "The hottest gay bar in Orlando" il s’agissait bien d'homophobie. Une majorité de la presse française a fait l'impasse sur la qualification des victimes. "Attentat islamiste à Orlando, la terreur et la haine", écrit Le Figaro, "Tuerie de masse dans une boite de nuit en Floride", affiche L’Humanité, "Les Etats-Unis frappés par la pire tuerie de leur histoire", indiquent Les Echos. Seul Sud Ouest appelle un chat un chat : "Un massacre homophobe lié à Daech". Sur Twitter, cette omission des victimes s'est manifestée dans un certains nombres de réactions politiques. Najat Vallaud-Belkacem "l'abjecte et lâche violence homophobe", Nicolas Sarkozy s'est limité à condamner "l'effroyable tuerie d'Orlando", adressant "au peuple américain toute (s)a solidarité". François Hollande quant a lui a  exprimé le "plein soutien de la France au peuple américain" quand Manuel Valls a ajouté : "En frappant la communauté gay, l'attaque effroyable d'Orlando nous atteint tous".La première pensée du président Obama lors de sa réaction officielle à l’annonce du massacre fut un message posé avec une voix confiante, résolue et de sympathie envers les victimes et leurs familles. Il a exprimé clairement, dès les premières secondes, qu’il s’agissait d’une attaque terroriste de grande ampleur.Erreur qu’il avait commise en ne dénonçant pas les attaques de 11 septembre 2012 à Bengazi comme étant terroristes.

Le NON de l’Afrique à l’homosexualité

Un nouveau code pénal vient d’être adopté par l’assemblée nationale camerounaise, et confirme la tendance homophobe de l’Etat du Cameroun. Au Maroc, l’article 489 du Code pénal. » condamne l’homosexualité et tous les actes licencieux ou contre nature avec un individu du même sexe. L’Afrique du Sud reste un cas à part. Il est, en effet, le seul pays du continent à avoir légalisé le mariage homosexuel depuis déjà 2006. Cependant, sur le terrain, la réalité est loin d’être toujours idyllique. Dès que l’on sort des grands centres urbains, des femmes et des hommes homosexuels sont régulièrement agressés, voire tués, en raison de leurs préférences sexuelles. Au Sénégal , les homosexuels encourent un à cinq ans de prison ferme et une amende de 100 000 à 1 million 500 000 francs CFA (entre 150 et 2 300 euros).  L’islam et le christianisme, qui sont les deux religions dominantes sur le continent, voient dans cette pratique une abomination. Quant aux sociétés animistes africaines, elles ne vouent que mépris aux homosexuels, lesquels ne peuvent y revendiquer leur situation sous peine de bastonnade. Difficile de comprendre pourquoi l’Occident nous reprocherait à l’Afrque d’interdire l’homosexualité alors que lui-même interdit sur son sol la polygamie. Le polygame et ses quatre épouses  n’auraient-ils pas, en démocratie, de droits constitutionnels.