ECONOMIE : LA CHINE INVESTIT 110 MILLIARDS DE FCFA POUR LA CREATION D’UN COMPLEXE INDUSTRIEL AU KENYA

Ce projet  jouera  le rôle de parc d'incubation, assurant un soutien technologique aux industries locales. apportera également une aide dans le domaine de l'offre des produits.

L’année 2017 s’annonce radieuse pour le secteur industriel du Kenya. En effet, après moult tractations, la Chine a consenti à investir environ 110 milliards de F CFA (200 millions de Dollars) pour le développement d’un complexe industriel au Kenya.

Dalvarice Ndoudjou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cet investissement se fera par le biais d’un consortium composé de deux (2) entreprises chinoises à savoir CIFAL International et China International Investment. Cette entité va investir cette somme pour la construction d’un parc industriel sino-kenyan dans la zone franche industrielle d’Athi River, située près de Nairobi au Kenya.

Les experts estiment qu'une fois terminer, ce projet qui jouera aussi le rôle de parc d'incubation, car assurera un soutien technologique aux industries locales, il apportera également une aide dans le domaine de l'offre des produits et en renforçant d'autres capacités. Ce projet qui s’établira sur un espace 24 hectares, se fera en quatre (4) phases et durera trois (3) ans.

Selon les prévisions, lors de la première phase, le parc lancera des industries médicales, chimiques, cosmétiques, alimentaires, machines, matériaux de construction, produits agricoles, papeterie de bureau, papier, textile, pièces automobiles, chaussures et chapeaux, meubles et électroménager.

Cet espace qui se veut un parc d'incubation, assurera un soutien technologique aux industries locales. Ceci en vue de leur permettre de fournir des services à valeur ajoutée pour les aider à exporter leurs produits sur le marché international.

Ce projet qui générera des milliers d'emplois pour les Kenyans, tout en boostant la production industriel est un exemple palpable de transferts des technologies qui devrait inspirer d’autres Etats du continent africain.