GABON – EXCLUSION DU MINISTRE DU PETROLE DU GOUVERNEMNENT

Étienne Dieudonné Ngoubou, jusque-là ministre du Pétrole et des Hydrocarbures, a été demis de ses fonctions au sein du gouvernement il y’a quelques heures a appris Afrik-inform. D’après une communication du secrétaire général de la Présidence de la République. Il a été remplacé par Pascal Houagni Ambourouet.

Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le poste de ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, chargé de la Prospective et de la Programmation du développement qu’occupait Pascal Houagni Ambourouet, échoit à Noël Mboumba. Celui-ci était, jusqu’à hier ministre délégué auprès du ministre du Budget, chargé du Budget et du financement des Pensions. Par ricochet, son poste revient à un tout nouveau ministre : Edgar Anicet Mboumbou-Miyakou, fils de l’ancien ministre de l’Intérieur et ancien président du Conseil économique et social (CES), Antoine de Padoue Mboumbou Miyakou. On notera au passage que, comme pour préserver un certain équilibre géopolitique, le ministre entrant est de la même province qu’Étienne Dieudonné Ngoubou : la Nyanga. Après le mini-remaniement à l’origine de la création du ministère des gabonais Affaires présidentielles, ce sont trois ministères du gouvernement Issoze Ngondet qui viennent de connaitre un léger remaniement. Avec l’arrivée de deux nouveaux ministres et un jeu de chaise musicale entre l’Economie et le Budget.

L’éviction d’Étienne Ngoubou est intervenue au terme d’une journée ayant enregistré la convocation de Magloire Ngambia, à la Direction générale de la recherche (DGR) de la Gendarmerie nationale. Ancien ministre de l’Économie, du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme et ancien ministre de la Promotion des investissements, des Transports, des Travaux publics, de l’Habitat, du Tourisme et de l’Aménagement du territoire, Magloire Ngambia a été dernièrement indexé par un proche du président de la République, par ailleurs leader de l’Union pour la démocratie et l’intégration sociale (Udis).

Connu pour être un proche d' Accrombessi, ancien directeur du cabinet présidentiel désormais haut représentant personnel du chef de l’Etat, Étienne Ngoubou devait se douter de ce qui se tramait. Il y a quelque temps, en effet, la direction générale des hydrocarbures, sous sa tutelle, a été confiée, sans lui en piper un mot, à Jacob Tsioba Thaty, jusque-là responsable du bureau local du cabinet Alex Stewart International.

Après le mini remaniement du 27 décembre qui a ajouté au ministère de la Défense celui des Affaires présidentielles, ce second remaniement en moins de deux semaines signe le départ remarqué d’Étienne Dieudonné Ngoubou du gouvernement, considéré comme un proche de l’ancien directeur de cabinet présidentiel d' Accombressi.