CEMAC -TRANSPORT AERIEN : BIENTOT LA MISE EN PLACE D’UN MARCHE UNIQUE EN AFRIQUE

Les directeurs généraux de l’aviation civile de la région Afrique- Océan indien, réunis à Brazzaville cette semaine, se sont engagés à finaliser le processus visant la création d’un marché unique africain de transport aérien.

Bianca FATOU

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

D’après les responsables et experts de l’aviation civile de cette région, il s’agit de d’appuyer le développement durable et économiquement viable du secteur de l’aviation conformément aux déclarations de Yamoussoukro (Côte d’Ivoire) et d’Antananarivo (Madagascar). entre autres engagements contenus dans les objectifs stratégiques (2017-2019) adoptés au cours des travaux de cette sixième réunion régionale de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI):« Aligner le cadre national du transport aérien, en ce qui concerne le Fret en Afrique,  avec la déclaration de Lomé sur le développement et s’inscrire sur le nouvel outil en ligne (le State Air transport action) ; accorder la priorité et inclure l’aviation civile  dans les plans nationaux de développement ; favoriser le processus pour la réduction des émissions de Co2 dues à l’aviation civile », précisent les conclusions des travaux.

Les participants ont promis la mise en place d’un cadre règlementaire pour renforcer la supervision des fournisseurs de services de météorologie aéronautique, avec un cadre coopératif régional. Par ailleurs, en matière de sécurité, sûreté et efficacité de la navigation aérienne, les responsables et experts de l’aviation civile ont souligné la nécessité de déléguer certaines fonctions de supervision de la sécurité aux organisations régionales selon le cas ; de certifier au moins un aéroport international par Etat ; de s’assurer de l’indépendance des enquêtes pour les accidents et incidents graves dans chaque Etat. Le ministre congolais des Transports et en charge de l’Aviation civile, Gilbert Mokoki, qui a présidé la cérémonie de clôture de ces assises, a estimé que ces conclusions reflètent le niveau de l’expertise africaine et traduisent la détermination des africains à œuvrer conjointement pour le développement de l’aviation civile.

«Les thématiques développées au cours de ces travaux et les objectifs stratégiques 2017-2019, ont pour corolaire la formation des cadres comme une priorité dans nos pays respectifs », a déclaré le ministre Gilbert Mokoki, ajoutant que cette nouvelle feuille de route est en adéquation avec l’environnement aérien actuel sujet aux évolutions et changements conjoncturels. Un mécanisme de suivi-évaluation a été mis en place et les experts africains ont eux-mêmes choisi leurs priorités. La démarche a été saluée par le directeur régional de l’OACI-WACAF, parlant d’une lueur d’espoir par le continent africain. Toutes les parties impliquées comptent enfin sur le soutien de l’OACI, des institutions spécialisées du transport aérien, ainsi que des partenaires au développement.