CONGO- BRAZZAVILLE- ECONOMIE : INTERDICTION DE VENTE DE PRODUITS DONT LES NOTICES NE SONT PAS EN FRANÇAIS

Dans les prochains jours, tous les produits alimentaires ou cosmétiques dont les notices ne sont pas en français seront retirés sur l’ensemble des marchés du territoire congolais

Bianca FATOU

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette décision est issue de la  circulaire signée par le ministre du Commerce extérieur et de la Consommation, Euloge Landry Kolelas. Le directeur général de la Concurrence et de la Répression des fraudes, Philippe Nsonde-Mondzie, après échange avec la presse souligne qu’il a été amené de constater que les marchés sont inondés des produits divers dont les notices ne portent aucune mention en langue française. Ce qui représente un risque pour le consommateur dans le choix et l’utilisation de ces produits. C’est pourquoi, il a tenu de rappeler à tous les commerçants que l’importation et la commercialisation de tels produits sont interdites.

Afin de sensibiliser la population congolaise au risque de consommer ces produits au prix « abordable », des activités sont envisagées pour réactiver certaines actions ayant pignon sur rue. Des opérations de saisies, des émissions sont prévues. Interrogé sur les produits « frauduleux » qui mettraient à mal la production locale, Philippe Nsonde-Mondzie a souligné que le Congo est en économie ouverte, autrement dit a opté pour la libéralisation du marché. En dehors de la production locale qui est censée ravitailler le marché local, il y a des importations qui contribuent tant soit peu à la satisfaction des besoins du consommateur. Toutefois, a-t-il relevé, des importateurs devront s’acquitter des obligations liées au paiement des taxes. Des dispositions sont en train d’être renforcées au niveau des administrations publiques pour éviter que les produits étrangers  frauduleux entrent sur notre territoire», a-t-il conclu. En guise de rappel, la loi n°3 -2007 du 24 janvier 2007 réglementant les importations, exportations et réexportations, adoptée par le Parlement et promulguée par le président de la République dans son article 27 qualifiait d’infraction “l’importation de tout bien ou service non accompagné d’une notice rédigée en langue française”.