ÉCONOMIE : SEYDOU BOUDA, LE BURKINABÉ DÉFEND LES INTÉRÊTS DU CAMEROUN A LA BANQUE MONDIALE

A compter du 1er novembre 2016, le Cameroun sera représenté au sein du Conseil d’administration de la Banque mondiale (BM) par le Burkinabé Seydou Bouda pendant deux ans. Et ce, en conformité avec la règle qui veut qu’au sein de cette institution de Bretton Woods, les administrateurs soient élus par groupes de pays.

Bianca FATOU

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ceci à l’exception des cinq plus grands actionnaires de la BM (États-Unis, le Japon, l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni), de la Chine, de la Russie et de l'Arabie saoudite, qui désignent leurs propres administrateurs parmi les 25 qui constituent le Conseil d’administration de cette institution. Jusqu’en octobre 2018, en plus du Cameroun, le Burkinabé Seydou Bouda défendra les intérêts de 22 autres pays africains (dits du groupe II) au sein du Conseil d’administration de la Banque mondiale. Il s’agit bien du Burkina-Faso, du Bénin, du Cap Vert, de la Centrafrique, des Comores, du Congo, de la République démocratique du Congo, de la Côte d’Ivoire, de Djibouti, du Gabon, de la Guinée Conakry, de la Guinée-Bissau, de la Guinée équatoriale, de Madagascar, du Mali, de l’Ile Maurice, de la Mauritanie, du Niger, de Sao Tomé et Principe, du Sénégal, du Tchad et du Togo.

Ancien ambassadeur de son pays aux États-Unis, Seydou Bouda a également géré plusieurs portefeuilles ministériels dans différents gouvernements au Burkina-Faso. Il a aussi assumé les fonctions de gouverneur de la Banque islamique de développement (BID) et de la Banque africaine de développement (BAD).